•  

     

    T1/1 CHAPITRE 1 : LES MÉTROPOLES ET LEURS HABITANTS

     

     

    Introduction : qu’est-ce qu’une métropole ?

     

    Aujourd’hui, plus de la moitié population mondiale vit en ville : c’est un monde d’urbains. Ce phénomène se renforce car les grandes villes attirent de plus en plus. Les grandes villes sont appelées dès lors des métropoles (p. 202) et les plus grandes mégalopoles (p. 213). Leur nombre ne cesse d’augmenter surtout dans l’hémisphère sud alors que l’hémisphère nord est déjà le plus urbanisé (p. 214). 

     

     

     

    Question : comment vit-on dans une métropole….

     

     

    I/ …d’un pays développé : l’exemple de New York

     

           A. une métropole qui attire

     

     New-York est une métropole car c’est une ville très peuplée (la 4e au monde) qui attire, se développe et qui concentre plusieurs fonctions .

     

    Ainsi, le quartier de Manhattan montre à lui seul ce rôle de métropole. En effet, il  joue à la fois un rôle culturel (ex : Times square), commercial, financier (bourse, quartier des affaires), et politique (siège de l’ONU).

     

     C’est pourquoi, la ville de New-York attire en permettant aux habitants de pratiquer différentes activités( on  s’y  loge,  on  y  travaille,  on  s’y  divertit  et on y consomme) dans des quartiers aux visages très différents           

           B. Une métropole d’une grande diversité (FT 1)

     

    A New-York on trouve une grande diversité d’habitants. C’est une ville cosmopolite où l’on croise les résidents, les migrants pendulaires, les touristes. Ces habitants d’origines diverses ont tendance à se regrouper par communautés dans des quartiers comme le Bronx par exemple où habite une majorité de Noirs américains .

    Avec l’extension de la ville et le regroupement des communautés s’établit une séparation grandissante entre population aisée et population pauvre. Ainsi, on trouve à New York une séparation (=ségrégation) des populations en fonction du niveau de vie ou de l’origine ethnique : plus on est riche, plus on habite loin du centre-ville.

     Cette diversité se rencontre dans les paysages très différents avec ses quartiers d’affaires (CBD) et commerçants (TimeSquare), ses quartiers d’habitations plutôt aisés et des banlieues pavillonnaires (New Jersey) ou  pauvres (ghetto : Bronx).           

     

    II/ …d’un pays en développement : l’exemple de Mumbai   

    Mumbai est une métropole située située en Inde, un pays émergent de l’hémisphère Sud aussi peuplée que New York avec 22 millions d’habitants mais dont la population augmente fortement chaque année (400 000 habitants) avec l’exode rural (p. 214). C’est la capitale économique de l’Inde. Elle joue une rôle majeur dans les domaines financiers et culturels                       

    C’est aussi une ville de contrastes où les quartiers aisés (Andheri) côtoient les bidonvilles pauvres (slum de Dharavi). La croissance rapide de la population pose de nombreux problèmes : l’accès au logement, l’approvisionnement en eau, le manque de transports,  l’évacuation des déchets sont des défis permanents           

     (travail en groupe)

     

    III… dans les grandes métropoles mondiales (FT III)

     

    Conclusion : réponse à la question                                                                                

     

    CHAPITRE 2 : LA VILLE DE DEMAIN

     

     

     

    Question : Comment la ville du futur pourra-t-elle améliorer la vie de ses habitants ?

     

     

    I. Répondre aux difficultés des métropoles d’aujourd’hui

     

                            A. Des villes de plus en plus peuplées

     

    Habiter la ville de demain, c’est réaliser que les habitants de la planète seront demain presque tous des urbains. En effet, on prévoit en 2050 une population mondiale d’environ 9,5 milliards d’habitants dont 65% vivront en ville c’est-à-dire deux personnes sur trois. Une majorité de ces citadins habitera en Asie et en Afrique.

     

    Actuellement on estime qu’un million de personnes s’installe en ville chaque semaine dans le monde.

     

                  B. Des villes confrontées à  des difficultés FT1 (tableau à apprendre) 

     

     

    II Améliorer la ville d’aujourd’hui

     

    Depuis quelques années, pour faire face à l’augmentation de la population en ville, de nombreuses villes réfléchissent à une façon durable d’habiter la ville.

     

    Il s’agit, par des aménagements de trouver le bon équilibre entre des aménagements permettant de prendre en compte :

     

    -       le respect de l’environnement : lutte contre la pollution , recyclage des déchets à Mumbaï, donner une plus grande place à la Nature comme la High Line à New York

     

    -        les besoins économiques : le maintien des activités qui créent la richesse

     

    -         les conditions de vie des habitants: qualité de vie, maintien des relations des habitants (social) 

     

    C’est ce que l’on appelle le développement durable ou ville durable (p. 224)

     

    A Champigny-sur-Marne par exemple l’aménagement de la place Lénine a pour objectif de rendre plus attractif le centre ville avec l’arrivée de deux gares du Grand Paris Express.           

     

    III. Imaginer les villes du futur    

     

           A. des solutions envisagées au niveau des villes (l’exemple de Champigny-sur-Marne) FT 2 et 3

     

    La ville de demain fait rêver. Architectes, géophysiciens, paysagistes proposent des visions et des paysages urbains futuristes où se mêlent l’habitat, des bureaux, des espaces pour l’agriculture/.Ces projets pour les villes de demain essayent de créer la mixité urbaine qui consiste à faire habiter les mêmes quartiers à des personnes qui ont des niveaux de richesses différent.

     

       B. A l’échelle des quartiers FT 4 à apprendre 

     

    Les écoquartiers (Hammarby Sjöstad à Stockholm) se multiplient  dans presque toutes les grandes villes du monde. Ils sont des exemples de ce que pourrait être une ville durable à l’échelle d’un quartier. Mais ils restent très couteux et présentent peu de mixité sociale.  

     

           C. A l’échelle des logements FT 5 à apprendre 

     

    Des projets d’amélioration de l’habitat se multiplient. Ils prévoient une meilleure gestion de l’énergie, de la sécurité, de la qualité de vie, le développement des immeubles surtout, mais selon une architecture qui tiendra compte de l’environnement, des activités économiques et de la mixité sociale.           

     

    Conclusion Faire l’exercice 2 p 235.