•  

     

     

    CHAPITRE 1 : BOURGEOISIES, COMMERCE ET TRAITE NEGRIERE AU XVIIIème siècle

     

    Question : Quelles sont les transformations qui touchent l’Europe au XVIIIe siècle ?

     

    I. L’enrichissement de la bourgeoisie marchande et de la façade atlantique : l’exemple du port de la Rochelle

    Au XVIIIe siècle, le développement du commerce avec les colonies enrichit les négociants, armateurs et marchands des villes portuaires de la façade atlantique comme la Rochelle, Nantes ou Londres... Ces négociants et armateurs font partie de la bourgeoisie.

     

    Ils transforment les villes car ils se font construire des beaux hôtels particuliers face au port. Les villes portuaires s’agrandissent, sont réaménagées et s’embellissent. Ces familles vivent richement et consomment des produits issus du commerce colonial (le sucre).

     

    Une colonie : est un territoire administré et exploité par les Européens


    Un armateur est une personne qui possède et équipe (arme) des navires de commerce ou de pêche.


    Un négociant est un marchand qui fait du commerce en grande quantité.


    la bourgeoisie : groupe social composé de personnes non nobles mais disposant de revenus très élevés.                   

                                                                              

    II un enrichissement grâce au commerce avec les colonies au XVIIIème siècle

     

                      A. La domination de l’Europe atlantique dans le commerce mondial (FT 1)

    Depuis les grands voyages européens du XVème, certains Etats d’Europe de l’Ouest possèdent de vastes empires coloniaux : ce sont le Royaume-Uni, la France, les Provinces-Unies, l’Espagne et le Portugal. A la fin du XVIIIe siècle, le Royaume-Uni est devenu la première puissance maritime et commerciale.
Les colonies sont une source de richesse .C’est ce qui favorise les échanges commerciaux (carte FT 1)                                             

      

                      B. Les marchands rochellais font du commerce triangulaire de la traite atlantique

    Au XVIIIe siècle, les Européens pratiquent deux types de commerce :

    -la majorité des échanges se fait en  commerce « en droiture », c’est-à-dire le commerce direct entre l’Europe et les colonies. Les navires partent alors avec des biens destinés à être vendus aux colonies et reviennent avec des produits coloniaux.
Les pays ont organisé ce commerce en créant des compagnies commerciales.

    - le commerce triangulaire et la traite négrière atlantique.
 Les armateurs équipent des navires qui partent chargés de produits vers l’Afrique pour acheter des esclaves. Une fois les esclaves achetés, le capitaine se dirige vers les colonies d’Amérique pour y vendre les esclaves et acheter des produits coloniaux. Arrivés en Europe ces produits sont ensuite vendus.
Plus de 427  navires négriers sont ainsi partis de la Rochelle au cours du XVIIIème siècle.

     

    -Négrier : personne qui participe au transport et au commerce d’esclaves noirs. Le navire qui sert à ce commerce s’appelle aussi un négrier.

    -Compagnie commerciale : entreprise constituée de marchands qui obtient de l’Etat le monopole du commerce dans une région donnée.                                                                                                                                                       

             III- L’essor de l’esclavage dans les colonies au XVIIIe siècle

     

                               A- La traite négrière (FT 2) 

     

    La traite est un phénomène ancien en Afrique puisqu’il remonte au Moyen Age mais avec l’arrivée des Européens dans ce commerce, la traite prend une ampleur considérable. Les esclaves, capturés par des Africains, sont vendus sur la côte à des Européens.
 Ils  traversent ensuite  l’Atlantique dans des conditions terribles dans des navires négriers, puis sont vendus à des maîtres américains. Les négociants repartent ensuite sur l’Europe chargés de produits tropicaux. Entre les années 1670 et 1750, la traite négrière prend son essor avec la traite atlantique. Elle est à son apogée à la fin du XVIIIe siècle. Plus de 6 millions d’esclaves ont été déportés vers l’Amérique au XVIIIe siècle par les Européens.                                                                                                                           

                      B. Le travail des esclaves dans les plantations

    Lorsqu’ils arrivent dans les plantations, les esclaves sont réduits à différentes tâches selon leur âge, leur sexe et leur état de santé. La plupart cultivent la terre dans les plantations pour produire des produits coloniaux (canne à sucre, coton, tabac ...). D’autres travaillent dans les ateliers de transformation (sucrerie, moulin pour écraser la canne...). Les femmes et les enfants sont souvent utilisés comme domestiques dans la maison du maître. Ils vivent dans des cases sur la propriété et restent la propriété du maître. Ils ne sont pas libres et ne peuvent s’échapper. Ils sont mêmes considérés comme des biens « meubles » dans le Code noir, écrit en 1685, ce qui veut dire qu’ils peuvent être vendus en fonction des besoins.

     

    Toute l’économie de plantation repose sur le travail forcé des esclaves. Le travail sur les plantations est pénible : ils travaillent jusqu’à 18 heures par jour et subissent des châtiments corporels.

     Parfois des esclaves se révoltent et fuient : c’est ce que l’on appelle le marronnage. Dès le XVIIIème siècle, la question de l’esclavage fait débat : certains européens dénoncent les crimes esclavagistes et militent pour l’abolition de la Traite et de l’esclavage

    Conclusion : réponse à la question