• Cours de géographie 3 eme

    AIRES URBAINES ET ESPACES DE FAIBLE DENSITE  EN FRANCE

    Les citadins ou urbains représentent aujourd’hui 85% de la population française. On parle d’une société urbanisée et d’une métropolisation de l’espace. Peu d’espaces, même ruraux, peuvent se prévaloir de ne pas être sous l’influence d’une aire urbaine. Cela se traduit par une occupation des territoires particulière et par une mobilité des hommes nouvelle.

    Comment évoluent les aires urbaines et les espaces ruraux dans un contexte de mondialisation ?

    I/ Un territoire français de plus en plus urbanisé. 

    A/ Un exemple : l’aire urbaine de la métropole mondiale de Paris.

    L’aire urbaine de Paris, pôle mondial, est composée de  plusieurs espaces organisés en auréoles:  

    -          Le centre-ville regroupe les fonctions de commandement économique, politique et culturel. 

    -          La banlieue, autour du centre-ville, regroupe des espaces résidentiels anciens de pavillons et de barres d’habitation. 

    -          La couronne périurbaine, plus éloignée du centre, accueille des lotissements pavillonnaires surtout, mais également des activités industrielles et de grandes infrastructures (aéroports qui relient la ville au monde, centres commerciaux, parcs de loisirs). 

    L’étalement urbain lié à l’attrait des habitants pour les maisons individuelles et à la recherche de loyers moins élevés qu’au centre-ville, entraîne de nombreuses migrations pendulaires facilitées par un réseau en étoile vers Paris. De même, les espaces ruraux des banlieues et de la couronne péri-urbaine sont peu à peu grignotés par la périurbanisation : on parle de mitage.

     

    Le mitage est l'ensemble des constructions (routes, habitations, lotissements) qui empiètent sur l'espace rural.

    L’étalement des aires urbaines comme Paris entraîne des conflits d’usages. Ils concernent majoritairement les relations entre agriculteurs et néo-ruraux. La nécessité de répondre à ces conflits d’usage et à la pollution tout en maintenant le niveau mondial de Paris amène de plus en plus à envisager un développement durable avec la construction d’éco-quartiers, la création de circulations douces (pistes cyclables), la protection d’espaces verts et forestiers, la construction de lignes de transports collectifs (Grand Paris Express).

    B/ Les aires urbaines et l’organisation du territoire français

    Le processus d'urbanisation de la France a conduit à l'émergence de 12 grandes aires urbaines, souvent des métropoles régionales plus ou moins intégrées à la mondialisation: on parle de métropolisation de l’espace car c’est là que sont concentrés l’essentiel des pouvoirs politiques, économiques et culturels. Mais il existe aussi des métropoles secondaires, peu intégrées à la mondialisation, qui perdent des habitants (ex.

    On constate par ailleurs des migrations d’urbains des aires urbaines du Nord de la Loire et surtout de Paris, vers les métropoles du Sud et de l’Ouest du pays. 

    II/ Des espaces ruraux qui couvrent 60% du territoire.

    A/ Des territoires en pleine mutation.

    On constate que les régions du Nord, très urbanisées et où le chômage est élevé, se vident au profit des régions de l’Ouest et du Sud appelée « ceinture du soleil » (héliotropisme et littoralisation). On distingue par ailleurs des espaces ruraux dynamiques où est pratiquée une agriculture moderne aux revenus élevés, ou qui bénéficient de la proximité d’une aire urbaine (rurbanisation). Mais il existe aussi des espaces ruraux fragilisés, aux agricultures peu rentables et loin des axes de communication. Ces espaces couvrent environ 50% du territoire selon une diagonale qui va des Pyrénées aux Ardennes en passant par le Massif Central.

    B/ Des espaces de faible densité de plus en plus dépendant des aires urbaines.

    Les espaces de faible densité se caractérisent par leur environnement rural, leur éloignement des villes et des services, leur vieillissement démographique. L’agriculture et le tourisme contribuent au dynamisme de certains. Les aides publiques aident à cette revitalisation en soutenant des projets de développement ou la création de parcs nationaux ou régionaux comme dans le Massif de la Vanoise. Il n’en reste pas moins des espaces en déprise où les friches et le reboisement progressent.

    CONCLUSION : Comment évoluent les aires urbaines et les espaces ruraux dans un contexte de mondialisation ?

    La société française est de plus en plus concentrée dans des aires urbaines qui dominent l’espace alentour et se développent en liaison avec la mondialisation. Cela n’est pas sans conséquences sur l’espace rural qui est peu à peu grignoté ou colonisé par les rurbains. De plus, cela entraîne des déplacements et une mobilité de plus en plus importante des habitants facilités par les infrastructures de transport.

    ________________________________________________________

    Les espaces productifs et leurs évolutions 

    La France est riche de territoires variés, travaillés et transformés depuis des siècles. On classe ses activités économiques en secteurs : primaire, secondaire et tertiaire. Elle dispose en effet d’une grande variété d’espaces productifs, c’est-à-dire de territoires aménagés et mis en valeur pour développer une activité économique : espaces industriels, agricoles et de service.

    Comment les espaces productifs français s’adaptent-ils à la mondialisation ?

    I/ Quelles mutations connaissent les espaces industriels français ? 

    A/ Un exemple d’espace industriel : Aerospace Valley

    a.      Un cœur = Toulouse 

    Toulouse, métropole de la région Occitanie, est le centre de ce qu’on appelle aujourd’hui l’Aerospace Valley. Elle regroupe des activités de recherches, de fabrication (assemblage de l’airbus A380) et de formation dans l’aérospatiale et l’aéronautique : c’est une technopôle. Ce pôle de compétitivité  dynamise tout le Sud-Ouest de la France. Plusieurs acteurs locaux comme la région, et nationaux (Etat) travaillent ensemble pour faire de ce pôle local un centre national voire international.

    Technopôle : parc d’activités de haute technologie associé à des centres de recherche et d’enseignement supérieur.

    a.      Un poids régional, national et européen.

    Le pôle de compétitivité de Toulouse a un poids régional, européen et mondial : 

     1. L’ Aérospace Valley est aujourd’hui au cœur de la région Occitanie, dans laquelle se répartissent des établissements sous-traitants.  

    2. Les différents éléments de l’Airbus sont fabriqués dans plusieurs pays de l’Union Européenne : Allemagne, Belgique, Espagne, Royaume-Uni. L’avion est inventé et assemblé à Toulouse.  

    3. Il est fabriqué à partir de commandes reçues du monde entier.

    B/ Un paysage industriel français transformé.

    Auparavant les espaces productifs industriels se situaient dans les régions riches en matières premières (charbon, fer) et en main d’œuvre (Nord-pas-de Calais, Lorraine). Pour faire face à la crise et à la concurrence internationale, l’Etat a aidé à l’aménagement de zones industrialo-portuaires (ZIP) et à la reconversion sur les friches industrielles de certaines régions. Aujourd’hui, les espaces productifs industriels sont surtout à proximité des métropoles, dans les régions frontalières, qui bénéficient d’axes de communication routiers, ferroviaires, maritimes et aéroportuaires.

    Le cœur industriel du pays reste localisé en Ile de France et dans le couloir du Rhône. On assiste aussi à un glissement des activités de pointe vers les littoraux et le Sud-Ouest notamment. On constate aussi le développement de parcs technologiques dans les zones périurbaines des métropoles.

    Les espaces productifs français ont subi de nombreuses transformations, mutations et reconversions pour s’adapter à la mondialisation, et permettre à la France de rester une puissance industrielle d’ordre mondial.

    II/ Comment les espaces agricoles évoluent-ils ?

    A/ Des métiers et des paysages en mutation constante.

    Environ 1 millions d’agriculteurs mettent en valeur 60% du territoire français sous la forme de bocages, d’openfields, de maraîchage sous serre ou d’élevage. On parle de surface agricole utile. La France est le premier producteur européen de céréales, vin, lait et sucre. Il existe 3 types d’agricultures : l’agriculture quantitative ou productiviste très mécanisée sur d’’immenses parcelles ( grâce aux remembrements et aux aides de l’UE avec la Politique agricole Commune) et aux forts rendements destinés aux industries agroalimentaires comme en Beauce, l’agriculture qualitative caractérisée par le label AOC (Appellation d’origine contrôlée), l’agriculture biologique sur de petites exploitations et travaillant sans pesticides ni herbicides, sur des circuits courts (vente sans intermédiaire ni transport) sur 4% du territoire agricole. Les métiers de plus en plus diplômés dans l’agriculture et les modes de production comme de distribution évoluent sans cesse.

    B/Des espaces productifs agricoles diversifiés. 

    L’évolution de l’agriculture a entrainé une spécialisation des régions agricoles et le recul de la polyculture. Le Bassin Parisien et le Bassin Aquitain sont ainsi des régions de grande culture céréalière avec de vastes exploitations très modernes. L’Ouest s’est spécialisé dans la production laitière et l’élevage intensif. Les cultures délicates (vignes, fruits, légumes et fleurs) sont présentes dans les vallées de la Loire, de la Garonne et en Provence. Toutes ces régions sont bien intégrées à la mondialisation et exportent dans le monde entier : la France est le premier producteur agricole européen et le 5 eme exportateur mondial.

    III/ Comment fonctionnent et évoluent les espaces tertiaires français ?

    A/ Un exemple : le Mont Saint Michel.

    Le Mont-Saint-Michel est le site touristique le plus fréquenté parmi ceux qui se trouvent en dehors de l’Ile-de-France. C’est un espace productif tertiaire (commerces et activités touristiques diverses) qui cherche à attirer des visiteurs toujours plus nombreux sans détruire l’écosystème fragile.+ coller la carte mentale complétée. 

     B/ Un tertiaire qui façonne de plus en plus le territoire français.

    En France, le secteur tertiaire (les services) représente les 2/3 des richesses produites et emploie 78% de la population active.

    Puissance touristique mondiale, la France bénéficie de nombreux atouts et espaces touristiques historiques, verts, balnéaires, montagnard, grâce à la diversité des climats, des paysages et de son patrimoine culturel. Mais les activités de service offertes par l’Etat, les PME (Petite et moyennes entreprises) et les FTN (grandes entreprises transnationales) sont surtout concentrées dans les villes et les métropoles qui sont donc aussi des espaces productifs tertiaires. On parle de société tertiarisée.

    Conclusion : Comment se répartissent et évoluent les espaces productifs français ?