• Cours de géographie 3 eme

    AIRES URBAINES ET ESPACES DE FAIBLE DENSITE  EN FRANCE

    Les citadins ou urbains représentent aujourd’hui 85% de la population française. On parle d’une société urbanisée et d’une métropolisation de l’espace. Peu d’espaces, même ruraux, peuvent se prévaloir de ne pas être sous l’influence d’une aire urbaine. Cela se traduit par une occupation des territoires particulière et par une mobilité des hommes nouvelle.

    Comment évoluent les aires urbaines et les espaces ruraux dans un contexte de mondialisation ?

    I/ Un territoire français de plus en plus urbanisé. 

    A/ Un exemple : l’aire urbaine de la métropole mondiale de Paris.

    L’aire urbaine de Paris, pôle mondial, est composée de  plusieurs espaces organisés en auréoles:  

    -          Le centre-ville regroupe les fonctions de commandement économique, politique et culturel. 

    -          La banlieue, autour du centre-ville, regroupe des espaces résidentiels anciens de pavillons et de barres d’habitation. 

    -          La couronne périurbaine, plus éloignée du centre, accueille des lotissements pavillonnaires surtout, mais également des activités industrielles et de grandes infrastructures (aéroports qui relient la ville au monde, centres commerciaux, parcs de loisirs). 

    L’étalement urbain lié à l’attrait des habitants pour les maisons individuelles et à la recherche de loyers moins élevés qu’au centre-ville, entraîne de nombreuses migrations pendulaires facilitées par un réseau en étoile vers Paris. De même, les espaces ruraux des banlieues et de la couronne péri-urbaine sont peu à peu grignotés par la périurbanisation : on parle de mitage.

     

    Le mitage est l'ensemble des constructions (routes, habitations, lotissements) qui empiètent sur l'espace rural.

    L’étalement des aires urbaines comme Paris entraîne des conflits d’usages. Ils concernent majoritairement les relations entre agriculteurs et néo-ruraux. La nécessité de répondre à ces conflits d’usage et à la pollution tout en maintenant le niveau mondial de Paris amène de plus en plus à envisager un développement durable avec la construction d’éco-quartiers, la création de circulations douces (pistes cyclables), la protection d’espaces verts et forestiers, la construction de lignes de transports collectifs (Grand Paris Express).

    B/ Les aires urbaines et l’organisation du territoire français

    Le processus d'urbanisation de la France a conduit à l'émergence de 12 grandes aires urbaines, souvent des métropoles régionales plus ou moins intégrées à la mondialisation: on parle de métropolisation de l’espace car c’est là que sont concentrés l’essentiel des pouvoirs politiques, économiques et culturels. Mais il existe aussi des métropoles secondaires, peu intégrées à la mondialisation, qui perdent des habitants (ex.

    On constate par ailleurs des migrations d’urbains des aires urbaines du Nord de la Loire et surtout de Paris, vers les métropoles du Sud et de l’Ouest du pays. 

    II/ Des espaces ruraux qui couvrent 60% du territoire.

    A/ Des territoires en pleine mutation.

    On constate que les régions du Nord, très urbanisées et où le chômage est élevé, se vident au profit des régions de l’Ouest et du Sud appelée « ceinture du soleil » (héliotropisme et littoralisation). On distingue par ailleurs des espaces ruraux dynamiques où est pratiquée une agriculture moderne aux revenus élevés, ou qui bénéficient de la proximité d’une aire urbaine (rurbanisation). Mais il existe aussi des espaces ruraux fragilisés, aux agricultures peu rentables et loin des axes de communication. Ces espaces couvrent environ 50% du territoire selon une diagonale qui va des Pyrénées aux Ardennes en passant par le Massif Central.

    B/ Des espaces de faible densité de plus en plus dépendant des aires urbaines.

    Les espaces de faible densité se caractérisent par leur environnement rural, leur éloignement des villes et des services, leur vieillissement démographique. L’agriculture et le tourisme contribuent au dynamisme de certains. Les aides publiques aident à cette revitalisation en soutenant des projets de développement ou la création de parcs nationaux ou régionaux comme dans le Massif de la Vanoise. Il n’en reste pas moins des espaces en déprise où les friches et le reboisement progressent.

    CONCLUSION : Comment évoluent les aires urbaines et les espaces ruraux dans un contexte de mondialisation ?

    La société française est de plus en plus concentrée dans des aires urbaines qui dominent l’espace alentour et se développent en liaison avec la mondialisation. Cela n’est pas sans conséquences sur l’espace rural qui est peu à peu grignoté ou colonisé par les rurbains. De plus, cela entraîne des déplacements et une mobilité de plus en plus importante des habitants facilités par les infrastructures de transport.

    ________________________________________________________

    Les espaces productifs et leurs évolutions 

    La France est riche de territoires variés, travaillés et transformés depuis des siècles. On classe ses activités économiques en secteurs : primaire, secondaire et tertiaire. Elle dispose en effet d’une grande variété d’espaces productifs, c’est-à-dire de territoires aménagés et mis en valeur pour développer une activité économique : espaces industriels, agricoles et de service.

    Comment les espaces productifs français s’adaptent-ils à la mondialisation ?

    I/ Quelles mutations connaissent les espaces industriels français ? 

    A/ Un exemple d’espace industriel : Aerospace Valley

    a.      Un cœur = Toulouse 

    Toulouse, métropole de la région Occitanie, est le centre de ce qu’on appelle aujourd’hui l’Aerospace Valley. Elle regroupe des activités de recherches, de fabrication (assemblage de l’airbus A380) et de formation dans l’aérospatiale et l’aéronautique : c’est une technopôle. Ce pôle de compétitivité  dynamise tout le Sud-Ouest de la France. Plusieurs acteurs locaux comme la région, et nationaux (Etat) travaillent ensemble pour faire de ce pôle local un centre national voire international.

    Technopôle : parc d’activités de haute technologie associé à des centres de recherche et d’enseignement supérieur.

    a.      Un poids régional, national et européen.

    Le pôle de compétitivité de Toulouse a un poids régional, européen et mondial : 

     1. L’ Aérospace Valley est aujourd’hui au cœur de la région Occitanie, dans laquelle se répartissent des établissements sous-traitants.  

    2. Les différents éléments de l’Airbus sont fabriqués dans plusieurs pays de l’Union Européenne : Allemagne, Belgique, Espagne, Royaume-Uni. L’avion est inventé et assemblé à Toulouse.  

    3. Il est fabriqué à partir de commandes reçues du monde entier.

    B/ Un paysage industriel français transformé.

    Auparavant les espaces productifs industriels se situaient dans les régions riches en matières premières (charbon, fer) et en main d’œuvre (Nord-pas-de Calais, Lorraine). Pour faire face à la crise et à la concurrence internationale, l’Etat a aidé à l’aménagement de zones industrialo-portuaires (ZIP) et à la reconversion sur les friches industrielles de certaines régions. Aujourd’hui, les espaces productifs industriels sont surtout à proximité des métropoles, dans les régions frontalières, qui bénéficient d’axes de communication routiers, ferroviaires, maritimes et aéroportuaires.

    Le cœur industriel du pays reste localisé en Ile de France et dans le couloir du Rhône. On assiste aussi à un glissement des activités de pointe vers les littoraux et le Sud-Ouest notamment. On constate aussi le développement de parcs technologiques dans les zones périurbaines des métropoles.

    Les espaces productifs français ont subi de nombreuses transformations, mutations et reconversions pour s’adapter à la mondialisation, et permettre à la France de rester une puissance industrielle d’ordre mondial.

    II/ Comment les espaces agricoles évoluent-ils ?

    A/ Des métiers et des paysages en mutation constante.

    Environ 1 millions d’agriculteurs mettent en valeur 60% du territoire français sous la forme de bocages, d’openfields, de maraîchage sous serre ou d’élevage. On parle de surface agricole utile. La France est le premier producteur européen de céréales, vin, lait et sucre. Il existe 3 types d’agricultures : l’agriculture quantitative ou productiviste très mécanisée sur d’’immenses parcelles ( grâce aux remembrements et aux aides de l’UE avec la Politique agricole Commune) et aux forts rendements destinés aux industries agroalimentaires comme en Beauce, l’agriculture qualitative caractérisée par le label AOC (Appellation d’origine contrôlée), l’agriculture biologique sur de petites exploitations et travaillant sans pesticides ni herbicides, sur des circuits courts (vente sans intermédiaire ni transport) sur 4% du territoire agricole. Les métiers de plus en plus diplômés dans l’agriculture et les modes de production comme de distribution évoluent sans cesse.

    B/Des espaces productifs agricoles diversifiés. 

    L’évolution de l’agriculture a entrainé une spécialisation des régions agricoles et le recul de la polyculture. Le Bassin Parisien et le Bassin Aquitain sont ainsi des régions de grande culture céréalière avec de vastes exploitations très modernes. L’Ouest s’est spécialisé dans la production laitière et l’élevage intensif. Les cultures délicates (vignes, fruits, légumes et fleurs) sont présentes dans les vallées de la Loire, de la Garonne et en Provence. Toutes ces régions sont bien intégrées à la mondialisation et exportent dans le monde entier : la France est le premier producteur agricole européen et le 5 eme exportateur mondial.

    III/ Comment fonctionnent et évoluent les espaces tertiaires français ?

    A/ Un exemple : le Mont Saint Michel.

    Le Mont-Saint-Michel est le site touristique le plus fréquenté parmi ceux qui se trouvent en dehors de l’Ile-de-France. C’est un espace productif tertiaire (commerces et activités touristiques diverses) qui cherche à attirer des visiteurs toujours plus nombreux sans détruire l’écosystème fragile.+ coller la carte mentale complétée. 

     B/ Un tertiaire qui façonne de plus en plus le territoire français.

    En France, le secteur tertiaire (les services) représente les 2/3 des richesses produites et emploie 78% de la population active.

    Puissance touristique mondiale, la France bénéficie de nombreux atouts et espaces touristiques historiques, verts, balnéaires, montagnard, grâce à la diversité des climats, des paysages et de son patrimoine culturel. Mais les activités de service offertes par l’Etat, les PME (Petite et moyennes entreprises) et les FTN (grandes entreprises transnationales) sont surtout concentrées dans les villes et les métropoles qui sont donc aussi des espaces productifs tertiaires. On parle de société tertiarisée.

    Conclusion : Comment se répartissent et évoluent les espaces productifs français ?  

    ________________________________________________________________

    Correction question développée sur l’aménagement du territoire

    Les inégalités économiques et sociales caractérisent l’espace français, et elles ont tendance à s’aggraver sous l’effet conjugué de la métropolisation et de la mondialisation. Comment et pourquoi mène-t-on des politiques d’aménagement du territoire depuis les lois de décentralisation de 1982-1983 ?

    Il existe en effet de nombreuses inégalités entre les territoires français. Alors que les industries de pointes ont tendance à se concentrer dans le Croissant du soleil qui longe les côtes méditerranéennes et atlantiques, des régions entières sont désindustrialisées et en reconversion au Nord notamment. De même, alors que la population a tendance à se concentrer dans les aires urbaines grignotant les terres agricoles alentour, des régions centrales surtout sont de plus en plus isolées et parfois en déprise. Pour finir, le maillage des axes de communication est très irrégulier selon les régions.

    C’est pourquoi de nombreuses politiques d’aménagement du territoire ont été mises en place à partir des années 1982-1983. Ainsi, les régions montagneuses ont été parfois transformées en parc régionaux comme la Vanoise, pour accueillir des touristes été comme hiver, et maintenir l’emploi. Les régions littorales ont vu se développer des stations balnéaires. Le pôle parisien a été réorganisé autour de villes nouvelles qui ont permis d’en déconcentrer certaines activités et réduire les migrations pendulaires. Les zones industrielles anciennes ont été reconverties à l’aide de la création de technopoles, comme les zones portuaires transformées en ZIP reliant la France au monde. Les axes de communications ont été renforcés comme le TGV Paris Bordeaux récemment. Ces transformations et efforts de modernisation ont été réalisés grâce à des financements européens, de l’Etat français, des régions, des départements et d’acteurs privés comme les grandes firmes transnationales (Renault par exemple).

     

    La mondialisation des échanges renforce les inégalités entre les territoires. Seules des politiques d’aménagement du territoire orchestrées par l’Etat peuvent les atténuer. Elles sont indispensables économiquement et socialement parlant.

     _______________________________________________________________________________

    AMENAGER LES TERRITOIRES ULTRAMARINS

    Comment aménager les territoires ultramarins pour réduire les inégalités ?

    I/ Des territoires éloignés et dispersés aux nécessités spécifiques.

    Résumé : Les territoires ultramarins français sont dispersés dans tous les océans du globe, ce qui lui donne un statut de puissance militaire et stratégique, et surtout une puissance maritime non négligeable grâce à ses ZEE (Zone Economique Exclusive dont l’exploitation halieutique et minière lui est réservée). Mais ils ont aussi éloignés de la métropole et parfois isolés: on parle de discontinuité territoriale ou géographique.

    Les territoires ultramarins connaissent de nombreuses problématiques semblables à la métropole dans le domaine de l’aménagement, mais ont des contraintes supplémentaires (distance, insularité, climats tropicaux et leurs cyclones, volcanisme). Les aménagements ultramarins sont nécessairement spécifiques, ne serait-ce qu’à cause de la géographie physique. Cependant, ces contraintes ne sont jamais une fatalité : elles peuvent se transformer en opportunité comme le tourisme  lié à la découverte des volcans ou le développement de stations balnéaires. 

    II/ La difficulté d’aménagement d’un territoire ultramarin : la Réunion.

    A/ Quelles sont les difficultés spécifiques à la Réunion ?

    Résumé : L’ile de la Réunion est très éloignée de Paris (plus de 9000 km), dans l’Océan Indien. Elle est marquée par des contraintes physiques (intérieur montagneux et volcanique) et climatiques (alizés apportant de fortes pluies à l’Est de l’ile, cyclones).  La population est concentrée plus particulièrement dans les villes du littoral où se trouvent les emplois. Le port assure le ravitaillement de l’ile en produits de première nécessité venus de la métropole et permet aussi l’exportation du sucre de canne notamment.

    B/Des projets pour améliorer la circulation à La Réunion.

     

    L’aménagement de la route dite des Tamarins en 2009 a permis de réduire le trafic sur le littoral et le rendre au tourisme, mais aussi de désenclaver et développer les « Hauts »de l’île. Ce projet d’aménagement du territoire a été mené par la Région et l’UE. Mais très vite, il s’est avéré insuffisant pour réduire les embouteillages et le problème des transports sur l’île. C’est ainsi qu’a été lancé un nouveau projet d’aménagement routier avec la construction d’une nouvelle route du littoral. C’est un projet monumental de 1 milliard 600 millions, qui en fait la route la plus chère du monde. Elle devrait être ouverte d’ici la fin de l’année 2020 et n’a été réalisable que grâce aux financements de la métropole, de la région et de l’Union Européenne dans le cadre de la lutte contre les inégalités des territoires.

    _____________________________________________________________

    L’UNION EUROPEENNE, UN NOUVEAU TERRITOIRE D’APPARTENANCE

     

    La construction européenne est née de la volonté d'hommes politiques visionnaires - Jean Monnet, Robert Schuman, Konrad Adenauer, Alcide de Gasperi, pour ne citer qu'eux - dont l'ambition était de préserver la paix en Europe et d'en assurer la prospérité économique.

    La construction d'un avenir commun à tous les pays européens s'est réalisée en plusieurs étapes, du lendemain de la Seconde guerre mondiale à nos jours.

    Aujourd'hui, l'Union Européenne (UE) se compose de 27 Etats membres. En effet, à la suite du référendum du 23 juin 2016 en faveur du Brexit, le Royaume-Uni a quitté l'Union européenne même si les négociations ne sont pas terminées.

     

    I/ Un territoire d’appartenance en construction constante.

    A/Comment est-on passé de l’Europe des 6 à l’Europe des 27 ?.

    Carte à colorier et compléter

    B/ Comment existe l’identité européenne ?

     

    1.      Un marché commun et des institutions communes. 

    Résumé : L’Union Européenne est à la base une association politique et économique. C’est pourquoi elle possède des institutions (Commission Européenne et Conseil de l’Union à Bruxelles, Parlement Européen à Strasbourg, Cour de Justice à Luxembourg et Banque Centrale à Francfort) communes où chacun des pays membres est représenté et participe aux négociations, aux accords et à l’élaboration des lois européennes. C’est aussi pourquoi elle gère en commun de nombreux aspects économiques comme l’agriculture ou les transports. C’est ce que l’on appelle le marché commun qui concerne alors 500 millions de personnes.

     

    2.      Mais des frontières à géométrie variable.

    Résumé : De la CEE à l’UE, le projet européen est aussi devenu social et financier.  Ainsi, dans l’espace Schengen (26 Etats pas tous membres de l’UE), les contrôles aux frontières n’existent pas, mais ils sont renforcés aux frontières extérieures. 19 Etats forment par ailleurs la « zone euro ». Ces mises en commun  facilitent les échanges de personnes et de marchandises, mais aussi le tourisme. Tous les pays membres de l’UE ne font donc pas toujours partie des projets européens, ce qui est un frein à son unité.

     

    II/ L’UE, un territoire à plusieurs vitesses.

    A/ Un territoire aux différents niveaux de richesse.

    Résumé : Les contrastes économiques et de développement entre les pays membres de l’UE  ou à l’intérieur de ces pays, sont marqués. Il existe surtout une grande différence de richesse entre les membres les plus anciens de l’UE situés en Europe de l’Ouest, et les nouveaux d’Europe de l’Est et de la périphérie. Différents organismes impulsent donc et financent des projets consacrés à la réduction des écarts entre les régions de l’Europe : le FEDER (Fonds européen de développement régional), le FSE (Fonds social européen) ou le FEADER (Fonds européen agricole pour le développement rural). Ces projets d’aides aux régions favorisent le sentiment d’appartenance à l’Union Européenne.

     

    B/ Des régions transfrontalières en plein essor.

    Résumé : Les espaces transfrontaliers sont des espaces moteurs de l’Union Européenne. Ils permettent une coopération constante pour trouver des solutions communes, favoriser le partenariat des entreprises, écoles, universités, centres de recherche, mieux répondre aux besoins partagés des habitants, améliorer la qualité de vie, renforcer le sentiment de citoyenneté européenne. C’est le cas de la Grande Région qui correspond à un territoire s’étendant sur 4 pays (France, Allemagne, Luxembourg et Belgique) où depuis 1995 les projets financés en communs et bénéficiant des aides de l’UE, ont permis de développer un espace attractif économiquement, culturellement et scientifiquement.

     

     
    What do you want to do ?
    New mail

     
    What do you want to do ?
    New mail