• Cours de géographie 3 eme

    AIRES URBAINES ET ESPACES DE FAIBLE DENSITE  EN FRANCE

    Les citadins ou urbains représentent aujourd’hui 85% de la population française. On parle d’une société urbanisée et d’une métropolisation de l’espace. Cela se traduit par une occupation des territoires particulière et par une mobilité des hommes nouvelle.

    Comment évoluent les aires urbaines et les espaces ruraux dans un contexte de mondialisation ?

    I/ Un territoire français de plus en plus urbanisé. 

    A/ Un exemple : l’aire urbaine de Paris.

    L’étalement de l’aire urbaine de Paris ou périurbanisation entraîne des conflits d’usages. Les plus courants concernent la transformation de terres agricoles en lotissements ou en zone d’activités industrielles et commerciale (mitage ou grignotage), les conseils municipaux désormais détenus à la majorité par des néo-ruraux… La nécessité de répondre à ces conflits d’usage et à la pollution tout en maintenant le niveau mondial de Paris amène de plus en plus à envisager un développement durable avec la construction d’éco-quartiers, la création de circulations douces (pistes cyclables), la protection d’espaces verts et forestiers, la construction de lignes de transports collectifs (Grand Paris Express).

    B/ 10 aires urbaines  organisent l’espace français. 

    Le processus d'urbanisation a conduit à l'émergence de 10 grandes aires urbaines, souvent des métropoles régionales plus ou moins intégrées à la mondialisation: on parle de métropolisation de l’espace car c’est là que sont concentrés l’essentiel des pouvoirs politiques, économiques et culturels. Mais il existe aussi des métropoles secondaires, peu intégrées à la mondialisation, qui perdent des habitants (ex.

    II/ Des espaces ruraux qui couvrent 60% du territoire.

    A/ Des territoires en pleine mutation.

    On constate que les régions du Nord, très urbanisées et où le chômage est élevé, se vident au profit des régions de l’Ouest et du Sud appelée « ceinture du soleil » (héliotropisme et littoralisation). On distingue par ailleurs des espaces ruraux dynamiques où est pratiquée une agriculture moderne aux revenus élevés, ou qui bénéficient de la proximité d’une aire urbaine (rurbanisation). Mais il existe aussi des espaces ruraux fragilisés, aux agricultures peu rentables et loin des axes de communication. Ces espaces couvrent environ 50% du territoire selon une « diagonale du vide » qui va des Pyrénées aux Ardennes en passant par le Massif Central.

    B/ Des espaces de faible densité de plus en plus dépendant des villes.

    Les espaces de faible densité se caractérisent par leur environnement rural, leur éloignement des villes et des services, leur vieillissement démographique. L’agriculture et le tourisme contribuent au dynamisme de certains. Les aides publiques aident à cette revitalisation en soutenant des projets de développement ou la création de parcs nationaux ou régionaux comme dans le Massif de la Vanoise. Il n’en reste pas moins des espaces en déprise où les friches et le reboisement progressent.

    CONCLUSION : La société française est de plus en plus concentrée dans des aires urbaines qui dominent l’espace alentour et se développent en liaison avec la mondialisation. Cela n’est pas sans conséquences sur l’espace rural qui est peu à peu grignoté ou colonisé par les rurbains. De plus, cela entraîne des déplacements et une mobilité de plus en plus importante des habitants facilités par les infrastructures de transport.