• Thème1 : le XVIIIe siècle. Expansions, Lumières et révolutions

     

    H2 L'Europe des Lumières

     

    L’Europe du XVIIIe siècle est dominée par les monarchies absolues. En France, ce régime politique s’est renforcé sous Louis XIV. Les libertés fondamentales, comme la liberté de culte ou la liberté d’expression, n’existent pas. Le roi affirme tenir son pouvoir de Dieu qui aurait choisi sa famille pour régner sur le pays. Il dispose d’une autorité très grande, impose que l’on pratique la même religion que lui, le catholicisme, et peut, par exemple, emprisonner qui il veut de manière arbitraire grâce aux lettres de cachet. Il s’appuie sur les deux premiers ordres de la société, la noblesse et le clergé. Ces deux ordres privilégiés, pourtant minoritaires en nombre, dominent le tiers-état.

     

     

     

    Comment les philosophes du XVIIIe siècle

     

    bouleversent-ils la vision de la société ?

     

     

    I/ L'esprit des Lumières

     

    définition de Lumières p 55

      

    A. Les philosophes, des penseurs pour une société nouvelle ?

     

    Les philosophes estiment que la raison et la science doivent permettre de comprendre et d'expliquer le monde.

     

    Selon eux, les libertés sont des « droits naturels » de l'Homme, parmi elles : la liberté de conscience (d'avoir sa propre religion), la liberté d'expression et d'opinion sont primordiales. Voltaire est un fervent défenseur de la tolérance religieuse.

     

     Philosophe des Lumières : penseurs du XVIIIe siècle, qui remettent en cause les fondements religieux, politiques et sociaux du monde à l'aide de la raison

     

    B. Des idées nouvelles

     

    La liberté, l'égalité sont au centre d'autres modèles politiques inspirés de l'étranger qui laissent une place importante au peuple (exemples : la monarchie parlementaire en Angleterre et la République américaine) . Pour les philosophes, les connaissances doivent libérer l'être humain et le mener sur la voie du bonheur.

     

    définition de tolérance p 49

     

     

    II. La diffusion des idées des Lumières

     

    A. L'Encyclopédie

     

    Les progrès techniques s'accélèrent au XVIIIe siècle. Les scientifiques cherchent à transmettre ces nouvelles connaissances ( en médecine, sciences, mathématiques) au plus grand nombre en les réunissant dans l'Encyclopédie. Ces 28 volumes dirigés par le philosophe Denis Diderot et le mathématicien Jean d'Alembert permettent de répandre les idées des Lumières. Malgré la censure royale, elle continue d'être publiée clandestinement.

     

    B. La circulation des idées

     

    Dans toute l'Europe, les savants et philosophes correspondent, voyagent et rencontrent des souverains favorables au mouvement des Lumières, ce sont les despotes éclairés. De nombreux lieux de débats se développent dans les librairies, les académies et les salons mais aussi les journaux. Cette diffusion des idées des Lumières voit naître une opinion publique.

     

    Salon : lieu de réunion chez un particulier, d’écrivains, d’artistes et de personnes aisées et instruites qui débattent des idées nouvelles, de l’actualité et assistant à la lecture d’écrits.

     Despote éclairé : souverain autoritaire qui applique des réformes inspirées des Lumières

     

    III. Les contestations de l'absolutisme

     

    A. Une critique de la société d'ordres

     

    La société française est une société d'ordres inégalitaire. Les privilégiés : la noblesse et le clergé paient peu d'impôts et possèdent la majorité des terres. Tandis que le Tiers-Etat paie la majorité des impôts. Les philosophes réclament plus de liberté, d'égalité et de justice.

     

     B. La remise en cause de la monarchie absolue

     

    Dans la monarchie absolue, le roi détient tous les pouvoirs. Les philosophes défendent la séparation des pouvoirs comme Montesquieu et Rousseau la souveraineté du peuple et tendent vers plus de démocratie.

     

    Conclusion : Le mouvement des Lumières remet en cause la société d'ordres au XVIIIe siècle. Il défend les libertés et l'usage de la raison. Certains souverains européens y sont sensibles, ce sont les despotes éclairés.

     

     

    Padlet G1-G 2 Cliquez ici !! https://fr.padlet.com/delaunay_lea0/5u0pn7iogn9m

     

     

    G1 : Espaces et paysages urbains

     

     Comment se caractérisent l'organisation spatiale des villes ? Quels sont les paysages de l'urbanisation ?

     

    1. Los Angeles, une ville mondiale

    L’aire urbaine (agglomération + couronne périurbaine) de Los Angeles compte 18 millions d’habitants. Son centre-ville ou downtown, entouré de ses autoroutes urbaines, se compose d’un quartier des affaires(CBD) , de quartiers d’habitations rénovés en cours de gentrification (installation de populations aisées) mais aussi du ghetto de Skid Row qui concentre les populations pauvres et les sans-abris.

     

    Gentrification : La gentrification désigne l’embourgeoisement des quartiers populaires situés à la périphérie proche du centre ville. Ces quartiers subissent d’importantes transformation au niveau du commerce, de l’habitat et des classes sociales qui y résident. (Forte augmentation des loyers)

      

    https://www.youtube.com/watch?v=6OnxErZUaAQ + questionnaire

     

    Les périphéries de Los Angeles s’étalent sur plus de 150km. L'étalement urbain est facilité par l'utilisation accrue de la voiture et le réseau autoroutier. Les banlieues résidentielles ont leur propre centralité : les edges cities, rassemblent des emplois, des bureaux et des espaces commerciaux (mall). Les populations les plus favorisées se retrouvent parfois dans des gated communities, lotissements privés fermés et surveillés.

     

    Apparté : les émeutes de Los Angeles 1992, déjà des inégalités socio-spatiales

     

    http://www.ina.fr/video/CAB92027012

     

    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2012/04/29/les-emeutes-de-los-angeles-20-ans-apres_1692799_3222.html

     

     II. Une urbanisation accélérée

    Etudes des cartes sur la croissances urbaines, les métropoles mondiales...

     

    En 2015, 54% de la population mondiale vit en ville soit plus de 3,5 milliards de personnes. D'ici 2050 les deux tiers de l’humanité vivra en ville (ONU). Globalement le nombre d'urbains est plus important dans les pays développés mais c'est dans les pays en voie de développement que le taux de croissance urbaine est désormais très fort en raison de l'éxode rural : la majorité des villes mondiales se trouvent dans ces pays.

     

     III. Centres et périphéries

    Études de photographies de paysages urbains

     

     

    Centres

    Périphéries

    Uniformisation

    CBD

    Verticalité

    Étalement (horizontal)

    Banlieue résidentielle/ pavillonnaire

    Diversité

    Quartiers historiques des villes européennes ou africaines

    Bidonvilles dans les pays en voie de développement

    Fragmentation

    Gentrification du centre-ville

    quartiers résidentiels riches

    ghettos (population pauvre et sans abris et environnement dégradé)

    Inégalités fortes/

    quartiers sécurisés et riches (gated communities)

    Bidonvilles

     

                     Paysage vertical et dense                     Paysage horizontal

     

                                                           et faible densité de population

     

     Conclusion : L’urbanisation s'accélère de plus en plus en particulier dans les pays en voie de développement. De nouveaux modèles urbains voient le jour, même si l'on constate une uniformisation de l'organisation spatiale des grandes villes qui sont confrontées à de grandes inégalités socio-spatiales

     

     

     

     

     

    H1 : Le grand commerce et la traite atlantique au XVIIIe siècle.

     

    Quelles sont les puissances européennes qui dominent le monde et comment l’expliquer ?

     

    1. Le grand commerce et le développement de la façade atlantique

     

    A. Les empires coloniaux et le développement du grand commerce

      

     

     

    Comptoir : établissement commercial créé dans un pays étranger.

     Empire colonial : ensemble des colonies occupée par une puissance

     Métropole : pays d’origine d’un empire colonial.

     

    Grâce à leurs colonies et au développement du commerce maritime, les puissances européennes (Angleterre, France, Provinces Unies, Espagne, Portugal) ont accès à toutes les denrées produites à travers le monde.

     La Grande Bretagne et la France se disputent les colonies d'Amérique du Nord et l'Inde lors de la guerre de 7 ans (1756-1763) : La France doit céder le Canada et ne conserve que des comptoirs en Inde.

     Deux types de commerce se développent :

    •  en droiture : on y échange des produits manufacturés en échange de produits tropicaux
    • triangulaire : Les produits manufacturés européens sont échangés contre des esclaves en Afrique, qui sont vendus en Amérique. Les navires reviennent chargés de produits tropicaux

     

     

    B. Le développement de la façade atlantique à travers l'exemple du port de La Rochelle

     

    Les ports européens (Nantes, Lisbonne, Liverpool, Bordeaux...) exportent et redistribuent les produits coloniaux dans toute l'Europe. de s’enrichir et de se développer.

    Les négociants et les armateurs s'enrichissent vite, ils forment un bourgeoisie marchande et participent à l'administration des villes et à leur embellissement.

     Négociant : Un marchand qui fait du commerce de gros

    Armateur : une personne qui possède et équipe (arme) des navires de commerce et de pêche

     

      II. Les traites négrières et l'économie de plantation

    Comment s’organise la traite et l’esclavage des noirs au XVIII° siècle ?

     

    A. La traite atlantique

     Les futurs esclaves sont capturés par d'autres tribus pour les revendre sur les côtes aux Européens contre des armes, de l'alcool et des produits manufacturés.

     Durant le trajet (2 mois environ), les esclaves sont mal nourris, maltraités, le taux de mortalité est élevé ( de 10 à 40 %).

     A l'arrivée, ils sont enduits d'huile de palme pour être vendus aux enchères et travailler dans les plantations.

     Du XVIe au XIXe siècle, 12 à 15 millions de captifs africains sont déportés vers les colonies.

     

    B. L’économie de plantation.

     

    Les plantations demandent une main-d’œuvre abondante. Dans les colonies, les colons cultivent la canne à sucre, le café et le tabac avec leurs esclaves qui sont domestiques, cultivateurs ou ouvriers. Leurs condition de vie et de travail sont très dures (journée très longue, punition corporelle)

     Dans cette économie de plantation, l’esclave est considéré comme un « meuble » et non comme un être humain, tel que le rappelle le Code noir, rédigé et appliqué dans les colonies françaises dès 1685.

     

    Plantation : Au XVIII° siècle, il s’agit d’une grande exploitation agricole sur laquelle sont employés des esclaves.

     Marronnage : esclave en fuite

     

    Conclusion :

    Le commerce triangulaire permet aux négociants de s'enrichir très rapidement et aux ports européens de se développer. La traite atlantique connaît son apogée au XVIIIe siècle : près de 5 millions d'esclaves seront déportés. Ce trafic inhumain ne sera aboli qu’au XIX° siècle, malgré les 1ères condamnations de la 2ème moitié du XVIII° siècle.

     <!-- <span style="font-size: 12pt; font-family: arial, helvetica, sans-serif;" data-mce-style="font-size: 12pt; font-family: arial, helvetica, sans-serif;">&lt;!-- &lt;span style="font-size: 12pt; font-family: comic sans ms, sans-serif;" data-mce-style="font-size: 12pt; font-family: comic sans ms, sans-serif;"&gt; &amp;lt;!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120% } A:link { so-language: zxx } --&amp;gt; &lt;/span&gt; --&gt;</span> -->





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique