• G2 Chapitre 2 : Richesse et pauvreté dans le monde


    Comment se répartissent la richesse et la pauvreté dans le monde ? Comment les mesurer ?

    I. Des inégalités aux échelles internationales, nationales et locales

    L'exemple des Caraïbes p 230


    Au sein de chaque pays, il existe des inégalités sociales.

    Dans les pays du Nord, le chômage de longue durée, les emplois précaires et l’exclusion sociale frappent une partie de la population

    Dans les pays émergents, les élites et les classes moyennes profitent de la croissance économique, mais la grande pauvreté touche davantage les campagnes que les villes et plus souvent les femmes que les hommes.

    Carte mentale (2 p 239) 

    II. La répartition de la richesse dans le monde

    A. Localiser la richesse et la pauvreté

    Les pays riches et développés se situent en Europe, en Amérique du Nord, en Océanie, ainsi qu’en Asie de l’Est : ce sont les « pays du Nord ».

    La plupart des pays pauvres ou en développement sont localisés en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud, leur niveau de pauvreté est très varié : ce sont les « pays du Sud ».

    Certains pays, qu’on appelle les pays émergents appelés aussi BRICS : Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud. connaissent un développement rapide mais inégal.

    Carte réalisée en cours

    B. Mesurer la richesse et la pauvreté

     

    Conclusion :

     On n'a pas réussi à éradiquer la pauvreté, les inégalités se creusent :

    • La pauvreté peut être absolue manque de produits de première nécessité : dans les pays pauvres

    • La pauvreté peut-être relative, pauvreté dans les pays riche comparés au niveau de vie de la population.

     

     

    G1: La croissance démographique et ses effets

     Lien padlet clique ici !!!!!

     Diaporama: 

     Pour réviser un lien padlet avec de nombreuses vidéos la croissance démographique et ses effets

     

    Aujourd'hui nous sommes 7,5 milliards sur Terre, les projection annonce 9 milliards d'ici 2050.

     

     La croissance démographique est-elle un obstacle au développement durable et équitable des sociétés humaines ?

     

    1. La Chine, le géant démographique

     A. La Chine face au défi de la croissance démographique

     

    Avec 1,38 milliard d'habitants, la Chine est le pays le plus peuplé du monde. La politique de l'enfant unique a entraîné un ralentissement fort de la croissance démographique. Le gouvernement chinois a pris cette décision afin de pouvoir répondre aux besoins de sa population (nourrir, loger, soigner, éduquer). Mais cette politique a pour conséquence un vieillissement de la population qui pose de nouveaux problèmes : le financement des retraites et des soins de médicaux.

     

    Politique de l'enfant unique : Obligation pour les familles chinoises de n'avoir qu'un seul enfant par famille entre 1979 et 2015.

     

    B. Un développement : à quel prix ?

     

    Aujourd'hui la Chine est la deuxième puissance économique mondiale, elle a réussi à se développer malgré une croissance démographique élevée. La croissance économique s'est accompagnée d'un meilleur taux d'alphabétisation et la population chinoise a pu accéder à de nouveaux biens de consommation (voiture, portable, apparition d'une classe moyenne).

     Cependant ce développement rapide et l'essor de la consommation entraînent une consommation importante d'énergies fossiles et de ressources naturelles épuisables. Les nouveaux défis auxquels la Chine est confrontée sont le respect de l'environnement , et la réduction des risques sanitaires dus à la pollution.

     

      II. Le Nigéria, une population en plein essor

     

    A. L' explosion démographique du Nigéria

      Avec ses 181 millions d'habitants dont 60% de moins de 24 ans, le Nigéria est le pays le plus peuplé d'Afrique. Le solde naturel positif s'explique par le taux de fécondité élevé 5,9. Malgré l'exploitation rentable des réserves de pétrole et une forte industrie du cinéma (Nollywood), le pays est très pauvre. Pour préparer l'avenir le pays doit s'attacher à scolariser ses jeunes car en 2050, il sera le 3e pays le plus peuplé de la planète.

     

    Solde naturel : lorsque le nombre de naissances est supérieur au nombre de morts

    Taux de fécondité : nombre moyen d'enfants par femme en age de procréer

     

     

    B. La difficile scolarisation des filles, un enjeu pour demain

     

    Scolariser les filles , c'est améliorer le niveau de santé, d'éducation et permettre à l'Etat de financer le développement du pays grâce à une population plus qualifiée.

     

    Cependant, le terrorisme (groupe Boko Haram) instaure un climat de peur dans le pays à travers l'enlèvement de lycéennes : ils dissuadent les familles de scolariser leurs enfants.

     

     III. Les effets de la croissance démographique dans les pays développés

     

    Etude sur l'impact de l'immigration au USA et de la « crise des bébés en Europe »

     

    Dans les pays développés , la transition démographique est achevée ( la natalité et la mortalité sont basses). Le phénomène du vieillissement de la population se généralise pour l'enrayer, certains pays s'appuient sur l'immigration (ex:USA) d'autres encouragent les familles : politique familiale (ex: France).

     

     

     



     

     

     

    Conclusion : Adopter un mode de développement durable

     

     

     

    L’autre défi de la croissance démographique, c’est d’adopter un mode de développement durable pour y faire face : produire des richesses (développement économique) pour que la population vive mieux (développement social ) tout en préservant la planète et ses ressources (développement vivable écologiquement) pour les générations futures. Ce sont les pays pauvres qui ont le plus de difficultés à répondre à ces objectifs d’accès équitable aux ressources et aux services et de développement durable.

     

     


    H6. Le monde au temps de Charles Quint et Soliman le Magnifique

     

    Pourquoi et comment l'Europe s'ouvre-t-elle au monde au XVIe siècle ?

     



     

    I. La méditerranée au XVIe siècle, un enjeu politique, religieux et commercial

     



     

    Vidéo + fiches Charles Quint et Soliman

     

    A. Deux grands empires qui s'opposent

     

    A partir du XVe siècle, les Ottomans s'emparent peu à peu des territoires byzantins : en 1453, Constantinople est prise et devient Istanbul. Soliman le Magnifique étend l'empire ottoman dans toutes les directions :: Afrique, Asie et Europe.

     

    Charles Quint hérite de l'Espagne et de ses conquêtes an Amérique , du Sud de l'Italie, de l'Autriche et des Pays Bas. En 1519, Il est élu empereur du Saint Empire Germanique. Il va combattre l'Empire Ottoman au nom de la défense de la chrétienté. En conflit avec François Ier roi de France, s'alliera avec Soliman

     

    Ottomans : nom donné à la dynastie turque qui a régné sur l’empire du même nom entre 1299 et 1923.

     

     B. Les échanges en méditerranée

     

    Au XVIe siècle, la Méditerranée reste un espace économique capital. Le commerce y est aux mains des marchands italiens (Venise, Gênes) qui achètent les épices d’Asie. C’est aussi un espace d’échanges culturels : les savants chrétiens byzantins fuient Constantinople prise par les Turcs et s’installent en Italie, au contraire, en 1492, les Juifs expulsés d’Espagne s’installent dans l’Empire ottoman.

     



     

    II. La première mondialisation

     



     

    A. Les européens découvrent le monde

     

    Au XVe siècle, des navigateurs motivés par la curiosité, la soif de richesse profitent des progrès techniques pour lancer des expéditions. Ils utilisent des navires plus rapides et plus maniables, et de nouveaux instruments (compas, boussole et astrolabe) pour se repérer. Ils recherchent des routes plus rapides et plus sûres pour se procurer des épices.

     

    En 1492, Christophe Colomb débarque aux Bahamas en croyant avoir trouvé la route de l’Inde par l’ouest. Il effectue 4 voyages en direction de l’Amérique. En 1498 le Portugais Vasco de Gama contourne l’Afrique et rejoint les Indes, il est le premier européen à y parvenir par voie de mer. Un autre navigateur portugais, Magellan, contourne l’Amérique en 1520, il meurt en chemin, mais son expédition confirme que la Terre est ronde. Un Français, Jacques Cartier remonte le fleuve Saint Laurent au nord de l’Amérique en 1535 et ramène des Indiens à Saint Malo.

     

     

    B. Les premiers empires coloniaux.

     

    Questions 1 à 5 p 139

     

    A la suite de leurs découvertes, les Portugais créent des comptoirs sur les côtes d’Afrique et d’Asie et prennent possession du Brésil. Les conquistadors espagnols (Hernan Cortés pour le Mexique) s’emparent par la force de vastes régions en Amérique centrale et du sud qui deviennent des colonies. Les colons exploitent les mines d’or et d’argent, créent de grandes plantations dans lesquelles le travail forcé est assuré par les amérindiens qui sont aussi convertis de force au christianisme. De très grandes richesses affluent vers les ports européens (Lisbonne, Séville…), de nouvelles plantes vont être introduites (maïs, tomates, tabac, cacao, fraise).

     

     Comptoir : port établi dans un pays par une puissance étrangère pour y faire du commerce.

     

     Conquistador : nom donné aux aventuriers espagnols partis à la conquête de l’Amérique.

     

     

     

     

     

     

     

    H5 : L'affirmation de l’État monarchique

     

    dans le royaume des Capétiens et des Valois

     

     

     

    Comment l’État monarchique s'affirme-t-il face aux seigneurs ?

     

     

     

     

     

    I. Les premiers Capétiens, une nouvelle dynastie à consolider

     

     

     

    En 987, Hugues Capet est élu roi de France par les grands seigneurs du royaume (ducs et comtes). Mais lui, comme ses successeurs ont peu de pouvoirs. Les premiers capétiens n'exercent leur autorité que dans le domaine royal. C'est un petit territoire qui s'étend de Paris à Orléans, sur le quel ils rendent la justice et prélèvent des taxes.

     

    Pourtant le roi de France se distingue des autres seigneurs. Il n'est le vassal de personne. Il est sacré à la cathédrale de Reims, cette cérémonie le fait roi. Grâce à l'onction divine (huile sainte appliquée sur le front du roi), il est l'élu de Dieu. Il reçoit lors du sacre les insignes royaux : couronne, sceptre, main de justice.

     

    En couronnant de son vivant son fils ainé, Hugues Capet fonde la dynastie des Capétiens, qui vont se succéder de père en fils pendant plusieurs siècles.

     

     

     

    II. Les Capétiens créent l’État monarchique

     

     

     

    Progressivement les Capétiens agrandissent le domaines royal par l'achat de terres, guerres et ou mariages. Ainsi Philippe-Auguste (1180-1223), confisque les fiefs de Jean sans Terre, roi d'Angleterre qui possédait tout l'Ouest du royaume. Il bat aussi les alliés de son rival à la bataille de Bouvines en 1214.

     

     

    Pour affirmer son pouvoir dans un domaine plus large, Philippe Auguste améliore l'administration royale dans la capitale, mais aussi dans les provinces avec les baillis et les sénéchaux.

     

     

     

    Baillis et Sénéchaux : représentants du roi dans les provinces du Nord et du Sud appartenant au domaine royal.

     

     

     

    A partir du XIIIe siècle, la justice du roi tend à remplacer celle des seigneurs. Elle est rendue par les baillis et le Parlement de Paris ( Cour de justice royale jugeant en appel et pouvant casser les jugements rendus par les seigneurs. ). Louis IX (Saint Louis) impose la monnaie royale dans tout le royaume. Philippe IV le Bel (1285-1314) multiplie les décisions applicables partout : les ordonnances. Il convoque les États Généraux pour obtenir une aide financière de ses sujets.

     

     

     

    États Généraux : Représentants du clergé, de la noblesse et de la bourgeoisie .

     

     

     

    III. Les Valois renforcent l'autorité de l’État monarchique

     

     

     

     

    En 1328, le pouvoir royal passe aux Valois, une branche cousine des Capétiens. Mais Edouard III, petit-fils de Philippe le Bel par sa mère, et roi d'Angleterre, revendique la couronne de France . C'est le début de la guerre de Cent ans, durant laquelle dans un premier temps le pouvoir royal est contesté et le royaume menacé de disparaître.

     

     

     

    Mais avec l'aide de Jeanne d'Arc, Charles VII (1422-1461), redresse la situation. Il gagne la guerre en utilisant une armée professionnelle permanente, et payée grâce à la levée d'un impôt régulier:la taille royale.

     

     

     

    Son fils Louis XI (1461-1483) agrandit le royaume en s'emparant d'une partie des terres du duc de Bourgogne.

     

     

     

    CCL : A la fin du Moyen Age, l’État royal français est le plus puissant d'Europe.

     

     

    G4 Les ressources alimentaires dans le monde

     

    Comment nourrir une population toujours plus nombreuse ?

     

     

     

     

    I. Etude de cas : Le Brésil, un géant agricole face à la malnutrition

     

     

     

     

    A. Le Brésil parvient-il à nourrir toute sa population ?

     

     

     

    p 278-279

     

     

     

    Au Brésil, malgré les progrès de l'agriculture, une partie de la population souffre de malnutrition et d'insécurité alimentaire.

     

     

     

    • Malnutrition : la mauvaise alimentation causée par une nourriture insuffisante (sous-nutrition) ou trop importante (suralimentation)

    • Insécurité alimentaire : quand une population n'a pas accès à une alimentation suffisante.

     

     

     

    B. Assurer la sécurité alimentaire au Brésil

     

     

    p 280-281

     

     

    Le Brésil est la 5e puissance agricole mondiale grâce à son élevage intensif et son agriculture productiviste et commerciale. Le Brésil tire ses richesses de ses exportations agricoles. Cependant dans la région du Nordeste de nombreux paysans pauvres survivent grâce à l'agriculture vivrière. Pour assurer la sécurité alimentaire dans tout le pays, des fronts pionniers se développent afin d'étendre les surfaces agricoles.

     

     

     

    • Agriculture commerciale : agriculture dont la production est destinée à la vente

    • Agriculture vivrière : agriculture destinée à nourrir les paysans qui la produisent

    • Front pionnier : un espace presque vide d'hommes, occupé et mis en valeur.

     

     

     

     

     

    II Agriculture et alimentation dans le monde

     

     

     

     

    A. Une agriculture toujours plus performante mais inégalement répartie

     

     

    Depuis les années 1960, la production agricole mondiale a augmenté. L'utilisation des machines agricoles, de produits phytosanitaires (engrais, pesticides) et l’utilisation de semence sélectionnées ont permis d'améliorer les rendements agricoles.

     

    Ces améliorations n'ont pu se développer que dans les pays qui ont les moyens d'investir dans l'agriculture, de plus, certaines zones climatiques ne permettent pas une agriculture intensive.

     

     

     

     

    B. La malnutrition au cœur des débats

     

     

     

    La malnutrition progresse dans le monde.

     

    D’une part, dans les pays en voie de développement, l'agriculture vivrière ne parvient pas à nourrir toute la population, des épisodes de sécheresse provoquent des famines. On compte 795 millions / 805 millions en 2016 de personnes sous alimentées dans le monde.

     

    À l'inverse, dans les pays du Nord et les pays émergents, l'obésité progresse vite (30 % aux États-Unis).

     

     

     

     

    II. Quelle agriculture pour demain ?

     

     

     

     

     

    A. OGM, révolution verte… la course aux rendements agricoles

     

     

    Aujourd’hui, l'agriculture productiviste favorise l'utilisation des machines engrais, pesticides, semences sélectionnées et parfois même des OGM permettent d’augmenter les récoltes. Mais cette agriculture provoque des dégradations de l’environnement pollutions des sols, des aliments, déforestation avec l'essor des fronts pionniers.

     

     

     

    Ex la Révolution verte en Inde modernisation, exportateurs de riz mais sous alimentation.

     

     

     

     

    • OGM : Organisme Génétiquement Modifié permet d'augmenter les rendements, mais leur effet sur la santé et l'environnement suscitent des débats.

     

     

     

     

    B. Vers une agriculture durable.

     

     

     

     

    Dans une logique de préservations de l'environnement et de respect des consommateurs, les pays développés se portent de plus en plus vers une agriculture durable.

     

      • agriculture biologique ( peu de produits chimiques)

     

      • commerce équitable (respect des petits producteurs)

     

     

     

    agriculture durable : agriculture soucieuse de ne nuire ni à l’environnement ni à la santé

     

     

     

    commerce équitable : forme de commerce sont le but est d'assurer de meilleurs revenus aux petits producteurs dans les pays en développement.

     

     

     

     

    Conclusion:

     

    Afin de nourrir bientôt 9 milliards d'habitants, l'agriculture se modernise, des fronts pionniers étendent les surfaces cultivables.

     

    Cependant la malnutrition est toujours importante et la logique commerciale (exportation, prix du marché) l'emporte sur les besoins réels des populations.

     

    Dans les pays développés une réflexion est menée afin de se diriger vers une agriculture plus durable.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Thème 2  Des ressources limitées à gérer à renouveler

     

    G3 : L'énergie et l'eau :

    des ressources à ménager et à mieux utiliser

     

     

    Comment gérer durablement l'eau et les ressources énergétiques aujourd'hui ?

     

    I. Les ressources énergétiques dans le monde

     

    A. Gerer les hydrocarbures au Moyen-Orient

    Hydrocarbures : le pétrole et le gaz

    Au Moyen-Orient, les ressources en gaz naturel et en pétrole sont considérables (près de 47 % du pétrole mondiale). Cette abondance de ressources énergétiques permettent aux pays exportateurs (OPEP) de s'enrichir et de développer leur État. Cependant dans ces pays où l'énergie est gratuite et illimitée, le gaspillage est répété. Face à l’appauvrissement des ressources énergétiques fossiles, les énergies renouvelables comme celle du soleil sont développées.

    B. La question des ressources énergétiques

    L'augmentation de la population mondiale et le développement économique de la planète ont pour conséquence l'accroissement des besoins énergétiques notamment dans les secteurs de l'agriculture, de l'industrie et des transports.

    L'accès à l'électricité est encore impossible pour près de 16 % de la population des régions en développement d'Afrique ou d'Inde. Aujourd’hui la question du renouvellement des ressources énergétique devient un véritable enjeu car la consommation mondiale se repose toujours sur les énergies fossiles à 80 % ( pétrole 33 %, charbon 27 % , gaz 21%) Il devient urgent de développer des énergies renouvelables qui sont propres et durables.

    Les États développés se dirigent vers la transition énergétique : le passage des énergies fossiles aux énergies renouvelables.

     

    II. L'eau, un enjeu pour demain

    A. Singapour, face au manque d'eau potable

    A Singapour, le manque d'eau douce rend la cité-Etat dépendante des importations. L'industrie et l'agriculture consomment 90 % de l'eau douce.

    Le gouvernement développe de nouvelles solutions ;

    • la désalinisation de l'eau de mer

    • le traitement des eaux usées

    • le stockage de l'eau de pluie

     

    B. L'eau une ressource vitale

     

    L'eau est une source d'énergie renouvelable mais aussi un besoin vital pour les hommes.

    Mais les ressources sont inégalement réparties sur la planète. Près de 750 millions de personnes n’ont pas accès à l'eau potable et certains pays se trouvent en situation de stress hydrique. A cette difficulté s’ajoute le faible accès à des réseaux d'assainissement. Dans les pays développés, les aménagements hydrauliques permettent aux populations de contrôler et de maîtriser cette ressource.

    Avec l'augmentation de la population mondiale, les besoins en eau augmentent (70 % pour l'agriculture, 20 % pour l'industrie).

    Les populations des pays développés consomment beaucoup d'eau pour éviter les gaspillages des campagnes de sensibilisation ont lieu pour maitriser cette consommation.

    Anecdote : un américain consomme 300 litres d'eau par jour, un africain 20L

     

    De nouvelles solutions sont envisagées :

    • traitement des eaux usées

    • irrigation au goutte à goutte

    • pompes à eau solaires

    • collecteur de brouillard

    • usines à rosée

    • usines de dessalement

     

     

     

    H4 L'émergence d'une nouvelle société urbaine

     Les villes au Moyen Age

     

     

    Comment se développent les villes au Moyen Age ? Comment fonctionnent-elles ? Qui les habitent ?

     

     

    I. L'essor des villes

     

    A. Le commerce profite aux villes

     

    On compte environ 20 % de la population européenne qui vit en ville au XVe siècle.

     Les régions les plus urbanisées sont en Italie du Nord et au Nord de l'Europe ainsi que les villes de foires de Champagne .

     Foire : grand marché qui se tiens sur une longue durée une fois par an et qui attire des marchandes venus de loin.

     Ces villes se trouvent sur des routes commerciales (terrestres ou maritimes) ou des ports. Elles se développent avec le grand commerce.

     Grand commerce : le commerce de produits de luxe se faisant sur de longues distances

     

    B. Les libertés communales

     Exemple de Bruges

     

    Les seigneurs laissent des libertés aux habitants des villes qui peuvent désormais s'organiser librement afin de gouverner leur ville. Ces libertés sont inscrites dans des chartes de franchises ou chartes communales.

     L'hôtel de ville, le beffroi et la halle marquent l'indépendance des villes vis-à-vis du pouvoir seigneurial.

     

    II. De nouvelles sociétés urbaines.

     

    A. Le peuple des villes

     Les inégalités sont fortes dans les villes. Nobles, riches marchands et artisans forment le « peuple gros » qui possède le pouvoir politique et économique.

     Les petits artisans, salariés, paysans et pauvres forment le « peuple menu ».

     Souvent écartés du gouvernement des villes par les bourgeois qui s'emparent des magistratures, le peuple se révolte parfois.

     

    Bourgeois : le mot bourgeois désigne l'habitant du bourg qui possède quelques privilèges. Ce sont ceux qui habitent en ville mais qui ne sont ni nobles ni paysans. Le sens change au XIXe sicèle, il désigne celui qui possède les moyens de productions.

     

    B. Le développement de l'artisanat

     

    Avec l'essor des villes, de nouveaux métiers se développent. Les artisans se regroupent par quartier et ouvrent des ateliers et des boutiques.

     Pour défendre leurs intérêts, les marchands se regroupent en guildes et les artisans en corporations de métiers. La hiérarchie est stricte entre le maître (propriétaire de son atelier), les compagnons (salariés) et les apprentis.

     

    Corporation : association de personnes exerçant le même métier, chargée de fixer les règles.

     Une guilde: association de marchands dans les villes.

     

    C. L’Église dans la ville.

     

     L’Église rassemble les chrétiens à la cathédrale et les ordres mendiants (ex : les Franciscains) renforcent l'emprise de l’Église sur les populations urbaines

     

    Ordres mendiants : Nés au XIIIe siècle, les ordres mendiants, dont les Franciscains, font vœux de pauvreté et vivent de la charité. Ils se consacrent à la prédication (action de prêcher ou d'enseigner la religion) et aux pauvres. Ils s'installent en ville, dans les couvents ou les monastères.

     

    L’Église prend en charge l'enseignement (école et université). Elle prend également en charge l'assistance aux pauvres et aux malades (Hôtels Dieu)

     

    Conclusion : Les villes se développent avec le grand commerce, les bourgeois prennent une place importante dans la société urbaine. Les libertés communales permettent une nouvelle organisation politique, de nouveaux modes de vie urbains apparaissent mais l’Église reste très présente dans la vie quotidienne.

     

     Lien Padlet cliquez ici !!!!

    Thème 2 : Société, Église et pouvoir politique dans l'Occident féodal  ( XI-XVe siècle)

     

     H3 : L'ordre seigneurial : la formation et la domination des campagnes

     

    XI-XIV e siècle doublement de la population européenne

     

     Comment se développe le monde rural entre le XI et le XVe siècle ? Qui l'habite ? Qui le domine ?

     

    I.La formation des campagnes

     Entre le XI et le XIVe siècle la population européenne double. De grands défrichements sont menés pour nourrir et loger cette population plus nombreuse. Les marais et les forêts sont mis en culture par les paysans.

     Défrichement : destruction de la végétation pour cultiver de nouvelles terres.

     

    Des progrès agricoles viennent augmenter les rendements :

    •  la charrue (laboure la terre)
    • l'assolement triennal qui diminue la superficie de la jachère

    • l'utilisation du fumier comme engrais

     

     II. Les campagnes dominées par les seigneurs et leurs vassaux.

    AU Xe siècle, les invasions détruisent l'Europe carolingienne. Face à l'incapacité des souverains à défendre leur territoire. Les populations se placent sous la protection des chefs locaux puissants qui construisent les premiers châteaux forts. Cette relation de dépendance entre seigneurs et vassaux définit la société féodale.

     

    A. La seigneurie

     La seigneurie est un territoire agricole où vivent les paysans sous l'autorité d'un seigneur laïc ou ecclésiastique.

     Le territoire est divisé en deux :

    •  le domaine du seigneur : le château et la réserve
    • les tenures : terres louées aux paysans.

     

    B. Les relations entre paysans et seigneurs

     Le seigneur rend la justice et doit la protection aux paysans en cas de danger.

     En échange, il reçoit des paysans de nombreuses taxes : taille (protection), banalités pour l'utilisation du four, du moulin ou du pressoir ainsi que des corvées (services).

     

      II. Le seigneur délègue une partie de son pouvoir à ses vassaux.

    Le fief est une terre accordée par un seigneur à son vassal en échange de sa loyauté lors de la cérémonie de l’hommage. Il doit permettre au vassal de financer son équipement militaire.

     Les vassaux doivent : le conseil , l’aide militaire, l’aide financière

     Le seigneur doit la protection et le fief à ses vassaux. Cette organisation des liens entre les seigneurs s'appelle la féodalité.

     

    Le roi un seigneur parmi d’autres. Le roi détient son domaine royal, le reste du royaume est constitué de fiefs donné par le roi aux grands seigneurs.

      III. La vie des paysans et des seigneurs.

    A. La communauté villageoise.

     Leur vie est rythmée par les saisons et le soleil.

     Les villageois se réunissent en conseil à propos de l'entretien de l’Église, sur l'usage des pâturages… Certains villages obtiennent de leur seigneur des chartes de franchises qui leur permettent de s'administrer eux-mêmes.

     

    B. La présence de l’Église : le village est une paroisse

    Encadrés par l’Église (prêtre et moines) qui prélève l'impôt , les villageois sont aidés pour préparer leur salut.

     L’Église encadre la vie des fidèles et impose un cadre moral ( les 7 sacrements). En imposant la paix de Dieu , elle tente de limiter les guerres privées

      

    C. Le mode de vie des nobles

     

    Pour défendre leur seigneurie ils doivent savoir monter à cheval et faire la guerre. Ils deviennent chevaliers lors de la cérémonie de l'adoubement. Dans leurs châteaux forts,ils ont de nombreux loisirs : amour courtois, banquets, chasse à courre, tournois…

      

    L'expansion de l’occident est le fruit des innovations agricoles et de l'augmentation des surfaces cultivées qui ont rendu possible l'augmentation de la population européenne. Seigneurs et paysans vivent au sein de la seigneurie, bien qu'encadrés par l’Église, ils ont des mode de vie très différents.

     

     

     

    EMC 1 : Combattre les discriminations et défendre l'égalité

     

     

     

     

     

    Comment certains comportements peuvent mener à la discrimination ?

     

     

     

    Introduction :

     

     

     

    • Un stéréotype est une croyance partagée sur la personnalité, le caractère d’une personne ou d’un groupe de personnes.

       

    • Un préjugé est une opinion ou un jugement préconçu, c’est-à-dire qu’on a déjà une idée toute faite qui donne lieu à une attitude particulière. On l’a sans y avoir réfléchi et qui conduit à des idées fausses.

     

     

     

     

     

     

     

    I. Sur quoi reposent nos différences ?

     

     

     

    Nous nous distinguons les uns des autres par :

     

    • des caractéristiques physiques (la taille, la couleur des cheveux, de la peau, le sexe, la santé, la maladie ou le handicap…)

    • des caractéristiques sociales (le travail, les diplômes, adresse.. )

    • des caractéristiques culturelles (les goûts, la langue, la religion …).

     

     

     

    Toutes ces différences peuvent nous enrichir si nous respectons les personnes. Quelles que soient les différences, les êtres humains sont tous égaux car ils appartiennent à la même humanité.

     

     

     

    • Diversité culturelle : coexistence de façons de vivre et de traditions différentes

     

     

     

    II. Des différences aux discriminations.

     

     

     

    Le racisme dans le football

    • Une discrimination : c’est lorsqu’on traite quelqu’un moins bien parce qu’il est différent.

     

     

    Aujourd’hui encore, des hommes et des femmes sont victimes d’une mise à l’écart (accès à des lieux publics impossibles, emplois refusés, …) en raison de la couleur de leur peau, de leur religion, de leur sexe, d’une situation de handicap … et ne trouvent pas leur place dans la société.

     

     

     

    Les formes de discriminations les plus connues sont le racisme (souvent basé sur la couleur de la peau), l’antisémitisme (contre les Juifs), le sexisme (on ne respecte pas une personne à cause de son sexe) et l’homophobie (on ne respecte pas une personne parce qu’elle est homosexuelle).

     

    Les discriminations peuvent aller de la simple moquerie jusqu’aux crimes les plus graves, en passant par la xénophobie.

     

     

     

    • Xénophobie : rejet de celui qui est étranger

     

     

     

     

    III. Comment lutter contre les discriminations ?

     

     

     

     

     

    La Ligue Internationale Contre le Racisme et l'Antisémitisme (LICRA) est une association internationale luttant contre le racisme et l'antisémitisme.

     

    Elle a pour objectif d'être vigilante sur les discriminations. Elle combat le racisme au quotidien et la banalisation des actes xénophobes, en apportant une aide juridique aux victimes, souvent mal informées de leurs droits.

     

    La LICRA agit sur le terrain à l'aide de ses bénévoles actifs dans toutes les régions de France.

     

     

     

     

     

    Les discriminations constituent une atteinte aux droits de la personne qui en est victime ; elles ne respectent pas le principe d’égalité entre tous les êtres humains de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (1948).

     

    Les discriminations sont condamnées par des lois ; les personnes victimes de discriminations peuvent donc faire appel au défenseur des droits ou faire appel à la justice.

     

     

    Enfin, la lutte contre les discriminations dépend de chacun d’entre nous : il faut les combattre, les dénoncer, défendre ceux qui en sont victimes.

     

    Les associations comme la LICRA, SOS racisme mènent des campagnes de prévention et de sensibilisation, elles permettent également d'informer des victimes de leur droit.

     

     

     

     

    Pour réviser la naissance de l'islam et du premier empire arabo-muslman :

    Cliquez ici !!! islam: religion, pouvoir et société

     Ici le Diaporama du cours

     

    H 2 Les débuts de l’Islam : pouvoirs, sociétés, cultures

     

     

    Comment s’est formé l’empire arabo-musulman?

    comment l’Islam est né?

     

     

    En 797, Charlemagne envoie auprès du Calife Haroun Al Rachid une ambassade à Damas. Ils partent chargés de présents afin de s'assurer que les chrétiens aient bien accès à Jérusalem. De plus, l'émirat concurrent de Cordoue a attaqué le royaume Franc. L'ambassade revient en 802, la calife offre son seul éléphant de guerre.

     

     

    I. La naissance d'une religion et du premier État musulman

     Au VIIe siècle, les tribus arabes sont polythéistes et vivent en Arabie.

     

     A. Une nouvelle religion diffusée par son prophète.

    Selon la tradition musulmane, Mahomet, un marchand caravanier de la Mecque, est choisi par Allah comme prophète. Il reçoit la révélation par l’ange Gabriel alors qu'il méditait dans une grotte du Mont Hira.

     

    Il part prêcher cette nouvelle religion à la Mecque. Mais il est obligé de fuir à Médine en 622. C’est l’Hégire. En 630, il s’empare de la Mecque et interdit le polythéisme. Quand il meurt en 632, la plupart des Arabes sont devenus musulmans.

    Prophète : homme chargé de transmettre les paroles de Dieu.

    Hégire : fuite de Muhammad à Médine en 622. Début du calendrier musulman.

     

    B. Des textes fondateurs mis à l'écrit pour renforcer l'unité des croyants.

     Comment connaît-on-t toutes ces croyances ?

     

    Au départ, cette nouvelle religion est transmise oralement par le prophète et ses compagnons.

    Les successeurs du prophète Muhammad sont des califes. Ils unissent les tribus autour d’une langue : l’arabe, et d’une religion : l’islam. Ils décident donc de mettre par écrit la « révélation ».

     

    • Le Coran (paroles de Dieu) est le plus ancien texte de l’islam, c'est le 3e calife qui aurait ordonné sa rédaction au VIIe s
    • Les Hadiths (Sunna) : paroles et actes de Mahomet IXe s
    • La Sira vie de Mahomet IXe s

     

    Des traditions qui régulent la vie des croyants.

     

    Les musulmans doivent respecter les 5 piliers de l’islam :

     

     Profession de foi ( il n’a de dieu que Dieu et Mahomet est son envoyé)

     Prier 5 fois par jour

     Jeûner pendant le ramadan

     Faire l’aumône

     Pèlerinage à la Mecque

     L'Islam reconnait les religions juive et chrétienne. Elle fait de Mahomet le dernier des prophètes.

     

     II. Un empire à administrer

     

     A. Un empire très étendu

     

     

    Au VIIIe siècle, l’Empire s’étend de l’Asie au Maghreb et jusqu’en Espagne.

     

    Deux grandes dynasties se succèdent : les Omeyyades 660-750 à Damas en Syrie Palestine, puis les Abbassides qui règnent depuis Bagdad en Irak.

     

    L’empire est si vaste que des califats concurrents comme celui de Cordoue en Espagne.

     

    Djihad : (effort, combat sur le chemin de Dieu)

     1. Effort sur soi-même que tout musulman doit accomplir contre ses passions. (Il est considéré par le prophète Muhammad comme le « djihad majeur »)

     2. Combat pour défendre le domaine de l'islam. (Il est qualifié de « djihad mineur ».)

     

    B. Le calife, successeur du prophète

     

    Le calife est le successeur du prophète. Il est le chef politique , religieux et militaire. Il est conseillé par un vizir. Il nomme les émirs dans les provinces.

     Les juifs et les chrétiens qui vivent dans l'Empire peuvent conserver leur religion en l'échange du tribut / impôt..

     

     

    III. Puissances et fragilités dans le monde arabe

     

    A. Des société urbaines : la ville de Bagdad

     

    Les grandes villes de l’empire arabo-musulman sont les témoins d’une civilisation brillante. On parle de Bagdad comme du « nombril du monde » car elle a une situation de carrefour pour les échanges commerciaux et intellectuels. Au sein, de la capitale on trouve des quartiers réservés aux fonctionnaires et à l'administration. Un palais, une mosquée et une bibliothèque. Les produits d'Asie et d'Europe sont vendus dans les souks (marchés) et entreposés dans les foundouks.

     

    B. une civilisation brillante

     La grande mosquée de Damas est connue pour son architecture et son rayonnement. Elle est à la fois un lieu de culte, la prière est dirigée par l'imam, mais également un lieu d'enseignement (copie de livres, cours) et de délassement pour ses habitants. Elle est connue et permet au calife un rayonnement international.

     Vocabulaire autour de la mosquée (cf. fiche)

    minaret :tour d’une mosquée

     mihrab : niche symbolisant la présence de Mahomet

     minbar : chaire (escalier) réservée à l’imam pour diriger la prière

     imam : musulman pieux qui connaît parfaitement le Coran et qui dirige la prière

     

    C. Un empire qui se divise

     Dès la mort de Mahomet l'empire se divise entre sunnites et chiites sur la succession du prophète. Puis des califats rivaux émergent et fragilisent l'empire qui prend fin après la destruction de Bagdad par les Mongols en 1258.

     

    Depuis de nombreuses années, l'empire emploie des mercenaires et donne des charges importantes aux turcs seljoukides qui vont peu à peu prendre le pouvoir.

     

    Conclusion : Autour de la religion musulmane s’est développée une brillante civilisation : urbaine, commerciale, intellectuelle.

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------

     

     Pour réviser H1: Byzance et l'Europe carolingienne un lien Padlet (vidéos, frise, articles..) 

    Cliquez ici:  Byzance et les carolingiens !!!!!

     

    T1 : Chrétienté et Islam ( VI-XIIIs) des mondes en contact

     

    H1 : Byzance et l'Europe carolingienne

     

     

    Comment les deux empires chrétiens : byzantin et carolingien se réclament-ils comme des héritiers de l'Empire romain ?

     

     

     

    Rappel : 395 l'empire romain est divisé en 2 :

     

    •  en Orient empire byzantin 395-1453
    • en Occident suite aux invasions, l'empire d'Occident disparaît en 476 jusqu'à sa réapparition sous Charlemagne 768-> 987.

       Empire : ensemble de peuples et de territoires unis sous l'autorité d'un même chef (calife, basileus, empereur...)

     

    1. L'empire byzantin sous Justinien

      Comment Justinien tente-il de rétablir un empire romain d'Orient ?

     

     Les empereurs byzantins se considèrent comme des empereurs romains. Justinien 1er ( 527-665) tente de dominer le bassin méditerranéen, il se fait appeler « basiléus » (roi des rois en grec) et fait traduire les lois romaines en grec.

     Peu à peu, les pratiques religieuses s'éloignent du christianisme :

    •  mariage des prêtres
    • culte des images et des saints

    • messe en grec

    • patriarche (chef religieux) nommé par l'empereur

     En 1054 , c'est le schisme : la séparation entre l’Église catholique et l''Église orthodoxe.

     Depuis la capitale, Constantinople, le roi à un pouvoir illimité (lois, armée, religion). Dans les régions nouvellement conquises, il envoie des missionnaires pour évangéliser (= convertir au christianisme) la population.

     

      II. L'empire carolingien sous Charlemagne

    Comment Charlemagne accède-t-il au sacre ? Quelles actions font de lui un empereur chrétien ?

     

     En Occident, la dynastie carolingienne est fondée par le père de Charlemagne. Grâce à ses conquêtes et l'évangélisation (Saxe, Lombardie..), il se fait le défenseur de la Chrétienté et du Pape. Il est couronné empereur en 800 à Rome. Il dirige son empire depuis Aix-la-Chapelle grâce aux comtes et aux évêques. Il les contrôle grâce aux missi dominici (envoyés du maître) . Il favorise l'instruction pour améliorer la connaissance du christianisme.

     

     III. Des empires menacés.

     

     Les deux empires chrétiens font face à de nombreuses invasions Vikings au Nord, Arabes au Sud, Hongrois Slaves et Bulgares à l'Est.

     L'empire carolingien est définitivement divisé suite à une querelle de succession. En 843, le traité de Verdun divise l'empire en 3 royaumes.

     Les rivalités s'accentuent entre les deux empires puis avec le schisme en 1054. La rupture est définitive lors de la IVe croisade avec la prise de Constantinople par les croisés : 1204 pillage de Sainte Sophie.

     L'empire byzantin est très affaiblit et disparaît avec la prise de la capitale par les Turcs en 1453.

     

    Conclusion :

    L'empire carolingien (800-843) n'aura pas survécu à Charlemagne (768-814). En 987, la dynastie disparaît quand Hugues Capet prend le pouvoir et et fonde la dynastie des Capétiens.

     L'empire byzantin très affaiblit, est réduit à un petit territoire . En 1453, l'empire byzantin disparaît suite à la prise de Constantinople par les Turcs.

     

    Affaiblissement et Disparition des deux empire chrétiens :

     

    Byzantin

    Carolingien

    Invasions Slaves, Bulgares, Turcs

    Invasions Vikings puis Arabes

     

     

    Querelle de succession l'empire carolingien est divisée en 3 en 843

    puis disparaît définitivement avec la prise de Pouvoir d'Hugues Capet en 987 qui fonde une nouvelle dynastie : les Capétiens

    Rivalités politiques et religieuses :

    Schisme en 1054

    Prise de Constantinople par les Croisés lors de la IVe croisade en 1204

     

    Disparition de l'Empire suite à la prise de Constantinople en 1453 par les Turcs

     

     

     

     ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

     

    G2 Chapitre 2 : Richesse et pauvreté dans le monde

     

    1. Des inégalités à l’échelle internationale, nationale et locale

       

      Au sein de chaque pays, il existe des inégalités sociales. 

      Dans les pays du Nord, le chômage de longue durée, les emplois précaires et l’exclusion sociale frappent une partie de la population

      Dans les pays émergents, les élites et les classes moyennes profitent de la croissance économique, mais la grande pauvreté touche davantage les campagnes que les villes et plus souvent les femmes que les hommes.

    II. La répartition de la richesse dans le monde

     

    1. A. Localiser la richesse et la pauvreté

    Les pays riches et développés se situent en Europe, en Amérique du Nord, en Océanie, ainsi qu’en Asie de l’Est : ce sont les « pays du Nord ».

    La plupart des pays pauvres ou en développement sont localisés en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud, leur niveau de pauvreté est très varié : ce sont les « pays du Sud ».

    Certains pays, qu’on appelle les pays émergents appelés aussi BRICS : Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud connaissent un développement rapide mais inégal.

     

     

    B. Mesurer la richesse et la pauvreté

     

     

    Conclusion :

    On n'a pas réussi à éradiquer la pauvreté, les inégalités se creusent :

    • La pauvreté peut être absolue manque de produits de première nécessité : dans les pays pauvres

    • La pauvreté peut-être relative, pauvreté dans les pays riches comparés au niveau de vie de la population.

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------

     G1: La croissance démographique et ses effets

     

     

     Pour réviser un lien padlet avec de nombreuses vidéos la croissance démographique et ses effets

     

    Aujourd'hui nous sommes 7,5 milliards sur Terre, les projection annonce 9 milliards d'ici 2050.

     

     La croissance démographique est-elle un obstacle au développement durable et équitable des sociétés humaines ?

     

    1. La Chine, le géant démographique

     A. La Chine face au défi de la croissance démographique

     

    Avec 1,38 milliard d'habitants, la Chine est le pays le plus peuplé du monde. La politique de l'enfant unique a entraîné un ralentissement fort de la croissance démographique. Le gouvernement chinois a pris cette décision afin de pouvoir répondre aux besoins de sa population (nourrir, loger, soigner, éduquer). Mais cette politique a pour conséquence un vieillissement de la population qui pose de nouveaux problèmes : le financement des retraites et des soins de médicaux.

     

    Politique de l'enfant unique : Obligation pour les familles chinoises de n'avoir qu'un seul enfant par famille entre 1979 et 2015.

     

    B. Un développement : à quel prix ?

     

    Aujourd'hui la Chine est la deuxième puissance économique mondiale, elle a réussi à se développer malgré une croissance démographique élevée. La croissance économique s'est accompagnée d'un meilleur taux d'alphabétisation et la population chinoise a pu accéder à de nouveaux biens de consommation (voiture, portable, apparition d'une classe moyenne).

     Cependant ce développement rapide et l'essor de la consommation entraînent une consommation importante d'énergies fossiles et de ressources naturelles épuisables. Les nouveaux défis auxquels la Chine est confrontée sont le respect de l'environnement , et la réduction des risques sanitaires dus à la pollution.

     

      II. Le Nigéria, une population en plein essor

     

    A. L' explosion démographique du Nigéria

      Avec ses 181 millions d'habitants dont 60% de moins de 24 ans, le Nigéria est le pays le plus peuplé d'Afrique. Le solde naturel positif s'explique par le taux de fécondité élevé 5,9. Malgré l'exploitation rentable des réserves de pétrole et une forte industrie du cinéma (Nollywood), le pays est très pauvre. Pour préparer l'avenir le pays doit s'attacher à scolariser ses jeunes car en 2050, il sera le 3e pays le plus peuplé de la planète.

     

    Solde naturel : lorsque le nombre de naissances est supérieur au nombre de morts

    Taux de fécondité : nombre moyen d'enfants par femme en age de procréer

     

     

    B. La difficile scolarisation des filles, un enjeu pour demain

     

    Scolariser les filles , c'est améliorer le niveau de santé, d'éducation et permettre à l'Etat de financer le développement du pays grâce à une population plus qualifiée.

     

    Cependant, le terrorisme (groupe Boko Haram) instaure un climat de peur dans le pays à travers l'enlèvement de lycéennes : ils dissuadent les familles de scolariser leurs enfants.

     

     III. Les effets de la croissance démographique dans les pays développés

     

    Etude sur l'impact de l'immigration au USA et de la « crise des bébés en Europe »

     

    Dans les pays développés , la transition démographique est achevée ( la natalité et la mortalité sont basses). Le phénomène du vieillissement de la population se généralise pour l'enrayer, certains pays s'appuient sur l'immigration (ex:USA) d'autres encouragent les familles : politique familiale (ex: France).

     

     

     



     

     

     

    Conclusion : Adopter un mode de développement durable

     

     

     

    L’autre défi de la croissance démographique, c’est d’adopter un mode de développement durable pour y faire face : produire des richesses (développement économique) pour que la population vive mieux (développement social ) tout en préservant la planète et ses ressources (développement vivable écologiquement) pour les générations futures. Ce sont les pays pauvres qui ont le plus de difficultés à répondre à ces objectifs d’accès équitable aux ressources et aux services et de développement durable.

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique